Un jeune croissant lunaire, la chasse est ouverte…

En observation astronomique, il est une discipline un peu à part, celle de traquer les très fins croissants lunaires, qu’ils soient juste avant ou près la Nouvelle Lune. Ici, ce sport peut être pratiqué seulement le soir donc intéressant les très jeunes Lunes, de part l’horizon parfaitement dégagé du sud ouest au nord ouest. De plus, les sites tropicaux sont naturellement favorisés puisque l’écliptique se dresse fièrement par rapport à la ligne d’horizon. Malgré tout, même avec une météo souvent clémente, les tentatives sont rares et la fréquence n’est que d’une poignée par année. Le croissant dessiné dans de grosses jumelles, âgé de 22h24mn, n’est plus qu’un arc tout morcelé et se trouve accompagné de la planète Vénus. La détection n’a pas été possible à l’œil nu, ce sera pour une prochaine fois…

Dessin pastel aux jumelles Miyauchi J25x141

jeune croissant lunaire
jeune croissant lunaire de 22h24mn

Mes articles

Quelques uns de mes anciens articles publiés dans les magazines Ciel Extrême et  Astrosurf

Consulter ces articles

L’arche anticrépusculaire
Les nébuleuses obscures
L’ouverture optimale en ciel profond
Les chercheurs en astronomie
Le jeux des 4 erreurs
La plus petite tache solaire à l’oeil nu
Jumelles géantes : études et choix
Test des jumelles canon 15*50 stab
Un C14, pour qui, pourquoi
Le ciel des Canaries
La nébuleuse de Patchik
Comment choisir sa gamme d’oculaires ?

Parution du livre ASTRODESSIN

“ASTRODESSIN    Observation & dessin en astronomie”

Astrodessin volumes 1 & 2  (éditions AXILONE-ASTROSURF, 2013). Livre astronomique de l’année 2014 (prix spécial Ciel & Espace)

Astrodessin volumes 1 et 2
Astrodessin volumes 1 et 2

Co-écrit principalement avec mes camarades Serge Vieillard, Fred Burgeot, Nicolas Biver, Rainer Topler et Yann Pothier.

Disponible sur le site www.astrodessin.com

Du travail de l’œil jusqu’au dépôt du grain de graphite, tout s’observe et se dessine dans le ciel. De la méthode mais aussi du savoir, comprendre la physique des objets célestes dans l’étroitesse de la fenêtre du visible. Richement illustré non seulement de croquis inédits mais de schémas explicatifs. Une œuvre personnelle au sein d’un collectif d’exception.

“Le meilleur dessin qui soit, c’est celui d’un objet mystérieux qu’on réalise à l’oculaire sans aucune idée préconçue, juste une vague connaissance de sa nature physique. Puis, lors du dépouillement, lorsque les sources iconographiques sortent de l’ombre et que l’on réalise que notre oeil ne nous a pas trompé, alors oui, un tel dessin exécuté d’un seul jet n’est-il pas la meilleure preuve visuelle?”

Astrodessin volume 1  – 1.1  Etats d’Âme, Fabrice page 15

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Fabrice Morat, parcours d’astronome

plateforme astro

50 ans, découverte de l’astronomie à 15 ans en même temps que la course à pied

Domaines astronomiques de prédilection : mécanique céleste, et tout ce qui gravite autour de l’observation visuelle du ciel (météorologie comprise). Volontiers orienté ciel profond. Observation avec un télescope Dobson 600mm

Télescope Dobson T600 et jumelles Miyauchi 145x141
Télescope Dobson T600 et jumelles Miyauchi 145×141

Ma devise : L’on ne voit rien clairement tant que l’on ne l’a pas dessiné…

● 1983…. Dès les premières années, je lisais goulûment les pages spéciales de Science&Vie écrites par Jean Lacroux (« La calculette de l’astronome ») et programmais sur mon petit ordinateur de poche ses algorithmes.

Ma première expérience fut la mesure de la position du soleil dans mon ciel local à un instant t de la journée. La fabrication d’un quadrant à pendule me donna la hauteur et ma boussole l’azimut. Puis la conversion à l’aide de mon programme informatique des coordonnées équatoriales (obtenues dans les éphémérides) en coordonnées horizontales me permit de jauger l’exactitude de mes mesures.

● 1987…. Maître informaticien dans l’aéronautique navale près de Quimper

● 1996…. Retour en montagne (région des Aravis en Haute-savoie) et mise en berne de ma carrière professionnelle au profit de mes 2 activités (Astronomie et course à pied). J’observe plus sérieusement le ciel profond au C11.

● 1998…. Membre de la Société astronomique du Léman

● 2000…. Découverte de la petite revue papier Ciel extrême. Grâce à Yann Pothier, je m’essaie au dessin du ciel profond. A ce titre, je me revendique « enfant de Ciel Extrême ». Je dépose mes premiers billets dans ce journal spécialisé.
Champion de France senior par équipe de course en montagne.

Mon premier dessin : le groupe de galaxies NGC 3190 au C11 publié dans Astronomie Magazine

● 2001…. Dessin au C14 puis aux grosses jumelles Miyauchi J45x141.

● 2003…. Rédacteur régulier dans Astrosurf Magazine depuis le premier numéro

● 2004…. Relevé quotidien des hydrométéores pour Météo France.

● 2010…. Découverte du ciel austral namibien grâce à Bertrand Laville.

Champion de France vétéran par équipe de course en montagne.

● 2008 à 2012….. 5 fois vainqueur du challenge haut savoyard de course en montagne

● 2012…. L’instrument et les chaussures changent, le ciel et les montagnes restent… Mise en oeuvre du T600 Desvaux/Grière.

● 2013 …. Publication de l’ouvrage ASTRODESSIN

● 2017…. Installation  aux Canaries dans un coin préservé de La Palma, un peu plus près des étoiles. Le télescope de 600mm commence aussi une nouvelle vie…


Conférence “Le dessin du ciel profond”

Rencontres Astronomiques du Printemps 2008

vidéo de Yannaki publié sur dailymotion